Tennisonline.fr

Semaine de rêve de Gilles Simon : Interview de son entraîneur comblé Thierry Tulasne

«Thierry, Gilles Simon vous en fait voir de toutes les couleurs à Madrid…
Ca a été de grands moments, beaucoup d’émotions… Gilles s’est bagarré dès le premier tour en sauvant notamment des balles de matches. Il a effectivement battu beaucoup de bons joueurs dans ce tournoi, et surtout il a battu Rafael Nadal en demi-finale, ici à Madrid… C’est vraiment exceptionnel et je réalise à quel point c’est une grande chance pour moi d’entraîner Gilles dans ces moments là.

ll avait laissé trop de plumes, véritablement, pour espérer être complètement compétitif en finale face à Andy Murray?
C’est ce qui est frustrant pour Gilles. Il arrive en finale face à Andy Murray, avec 80 % de ses possibilités, surtout physiques, et il sentait que ce match était à sa portée, notamment au deuxième set ou il a eu pas mal d’occasions. Il est ressorti de cette finale très déçu, d’autant plus qu’il avait remporté ses 5 dernières finales qu’il a disputé. Au final, il lui manquait un peu de jus, un peu de vivacité, pour espérer battre un joueur qui est tactiquement très difficile à destabiliser.

Gilles Simon est ce lundi 10e joueur mondial, 1er français, à 6 points de la 8e place de l’argentin Juan Martin DEL POTRO. L’objectif est clairement d’aller chercher cette 8e place?
Clairement. On va tout faire pour passer Del Potro, et David Ferrer, qui est 7e et pas loin non plus. A très court terme, Gilles va récupérer, avant de jouer à Lyon mercredi en soirée face à l’argentin Juan Monaco. J’espère qu’il aura bien récupérer pour pouvoir aller loin dans ce tournoi, et puis arriver à Bercy relativement frais, puisque tout va se jouer là-bas.

Comment vous expliquez cette émergence tardive, à bientôt 24 ans?
C’est vrai que les gens le découvrent, mais Gilles est un joueur qui a progressé régulièrement depuis son plus jeune âge. Il y a deux saisons, quand on a commencé, il était 60e, l’année dernière, il a fini dans les 30 premiers et aujourd’hui, il continue sa progression. Pour moi, ce n’est pas du tout une surprise, j’avais senti son énorme potentiel depuis le départ, simplement, il progresse petit à petit. Ces derniers temps, il a amélioré plusieurs parties de son jeu, notamment son jeu offensif, sa volée de revers, son service, son jeu d’attaque. Physiquement, il s’est étoffé, et je dirai qu’aujourd’hui, il arrive à maturité.C’est une belle carrière qui s’annonce en tout cas.

Quels sont les autres domaines de son jeu ou il doit encore s’améliorer pour atteindre le top niveau?
Il doit vraiment améliorer son service parce qu’il sert 10 ou 20 km/h moins fort que ses concurrents dans le Top 10. Il doit prendre plus de puissance dans l’épaule pour servir plus fort. Après, techniquement, il est très impressionnant.

On imagine la fierté de l’entraineur d’un joueur qui a battu cette année Roger Federer (à Toronto) et Rafael Nadal (à Madrid)…
Ce sont des moments rares, notamment dans le vestiaire lorsqe l’on se retrouve après des matches pareils. Mais je tiens aussi à souligner l’excellente santé du tennis français, avec quatre français dans le Top 20 (Gilles Simon, Richard Gasquet, Gael Monfils, Jo Wilfried Tsonga). Ce sont quatre très jeunes joueurs qui ont 24 ans ou moins, donc le tennis français masculin a de très belles années devant lui.

La 10e place mondiale, c’était la place occupée par un certain Thierry Tulasne en août 1986…
C’est gentil de le souligner (rires… ).C’était un peu source de chambrage entre nous, il a quelques années, il m’avait promis de m’égaler. Aujourd’hui, c’est fait, je suis très fier de lui, et je suis persuadé qu’il peut faire davantage encore… »

Extrait del’émission Carrément Sport de RTL-L’Equipe

comments powered by Disqus