Tennisonline.fr

Nadal, toujours plus haut…

Il faut savoir reconnaître ses erreurs.

Il y a 3-4 ans, lorsque Rafael Nadal rayonnait déjà sur la planète terre battue mais toussotait encore sur gazon ou sur dur, je le pensais incapable de gagner des Grands Chelems sur surface rapide. Au mieux l’Australian Open. Jamais je n’aurais imaginer Nadal avec 6 Grands Chelmes et 13 Masters Series dans sa besace à seulement 22 ans. Même après sa première finale à Wimbledon (où il avait frôlé la défaite contre Kendrick et bénéficié d’un tableau généreux), j’étais sceptique sur ses chances de réussite dans l’avenir.

Force est de constater que je m’étais bien planté. Car Rafael Nadal affole les compteurs. Il a 22 ans et a déjà gagné :

-4 Roland Garros, sans jamais y avoir perdu,

-1 Wimbledon + 2 finales

-1 Open d’Australie

-13 Masters Series, toutes surfaces confondues

-la médaille d’or en simple aux JO

-la Coupe Davis (par « procuration »)

Autant dire que Nadal a déjà presque tout gagné. S’il gagnait l’US Open dès cet été, il pourrait presque prendre sa retraite tranquillement. Incroyable. Depuis longtemps, de nombreux observateurs annoncent un déclin précoce de l’espagnol. Mais plus le temps passe, plus il progresse et plus il semble intouchable. A Indian Wells, en finale, il était tout simplement injouable. Cette sensation d’invulnérabilité a déjà émané de lui, mais c’était d’ordinaire dans son « jardin » de Roland Garros, notamment l’année dernière lors de ses matchs contre Verdasco, Almagro ou Federer.

Bien sûr, il y a toujours ce point d’interrogation sur sa santé mais Nadal est en train de faire évoluer son jeu, techniquement et tactiquement. Doucement, mais surement. Et sans perdre. Incroyable.

Une des questions qui se pose aujourd’hui : mais où s’arrêtera-t-il? Jusqu’où peut-il nous surprendre?

Et si c’était lui, l’immense champion de ce début de 21ème siècle ? Et si c’était lui, celui qui dépassera Sampras, Agassi, Laver et autres légendes du tennis?

Le Kangourou

comments powered by Disqus