Tennisonline.fr

Master de Rome: 1/8° du gros lourd pour les Français

Del Potro pour Tsonga, Ferrer pour Simon et Murray pour Gasquet, nous sommes qu’en 1/8° de finale mais déjà nos français sont condamnés à l’exploit.

Cela ressemble étrangement au scénario de la semaine dernière à Madrid, lorsque nos 4 Mousquetaires (faut-il les rappeler?) sont tous passés à la casserole au stade des huitièmes: victoire de Federer sur Gasquet, de Dolgopolov sur Tsonga, de Berdych sur Monfils et de Tipsarevic sur Simon.

Cette fois-ci, ils ne sont que trois (Monfils éliminés au 2° tour) mais sont encore plus mal lotis. Le seul à mes yeux, qui a une petite chance est Richard Gasquet qui affronte Andy Murray, mais attention ne vous méprenez pas, ça serra tout sauf facile.

Gasquet 2 – 3 Murray

Les 2 victoires de Richard commencent à dater: 2006 et 2007. A cette époque, Richard était dans le Top 10 et Murray pas très loin derrière. Depuis l’Ecossais s’est imposé à 3 reprises, dont une à Roland Garros en 5 sets, alors qu’il était mené 2 sets à rien. Écrasé l’an dernier à Wimbledon en 3 petits sets, Gasquet a davantage les moyens de perturber le jeu d’Andy sur terre.

Tsonga 1 – 5 Del Potro

Jo n’arrive déjà pas à battre Juan Martin sur dur, comment pourrait-il y parvenir sur terre battue, lui qui a visiblement davantage de difficultés à enchaîner les victoires sur cette surface. A l’inverse de l’Argentin, qui a remporté Estoril, avant de ne céder qu’en demi à Madrid contre Berdych. Une seule confrontation sur terre entre les 2 hommes, encore à Roland Garros et une défaite 6/1, 6/7, 6/1, 6/4 pour le n°1 Français.

Simon 1 – 3 Ferrer

Aïe! On a déjà mal pour Gilles Simon, qualifié in extremis face à Garcia-Lopez aujourd’hui et qui affronte le meilleur Espagnol sur la brique pillée après Rafael Nadal. Ses 3 défaites contre le “Pou”, toutes sur terre battue, ont été cinglantes: seulement 11 jeux marqués en 7 sets.

“Impossible n’est pas Français!” dit-on mais ne vous attendez quand même pas au miracle demain.

Le Canard

comments powered by Disqus