Tennisonline.fr

L'Open d'Australie chamboulé? Quel avenir pour le Grand Chelem australien?

top quality medications. buy zoloft online australia . cheapest rates, zoloft generic or brand.

Les questions qui entourent l’Open d’Australie ne concernent pas que le résultat final de l’édition, ni la qualité du tennis pratiqué… Non, l’Open d’Australie est au centre d’autres préoccupations.

Premièrement, la date du première Grand Chelem de l’année vient d’être sévérement critiquée par les membres du doxycycline hyclate package insert doxycycline vs malarone doxycycline reviews Big Four du tennis mondial. C’est Federer qui a allumé la mèche en premier, Djoko a pris le relais et Nadal puis Murray en ont remis une couche. Les 4 fantastiques ne font que remettre la question du calendrier sur le tapis. Les champions veulent plus de repos et donc un Open d’Australie en février.

Ensuite, la question du lieu est venue pointer le bout de son nez. clomid yeast infection symptoms clomid without prescription Melbourne est responsable de l’organisation de l’Open d’Australie jusqu’à la date d’expiration de son contrat avec l’ATP, c’est-à-dire en 2016. Et les vautours rôdent pour accueillir l’événement. En première ligne, Sydney, qui a déjà été hôte en début du siècle. Les officiels de Sydney exercent un véritable lobbying sur les instances de l’ATP depuis un petit moment déjà. Mais d’autres candidats sont sortis de leur tanière… Shanghaï s’est ainsi déclaré volontaire pour reprendre l’événement ainsi que Dubaï…

Parallèlement à cette histoire, un autre débat a surgi : certains appellent à la création d’un cinquième tournoi du Grand Chelem, à Dubaï ou en Chine.

Voilà pour les grandes lignes du problème.

L’avis du Kangourou

Le tennis est un sport où le poids des traditions est considérable… mais en déclin. En témoigne l’abandon de certaines pratiques ancestrales à Wimbledon (la révérence à la tribune royale le jour de la finale etc.). Les 4 tournois du Grand Chelem actuel n’ont pas lieu en Grande-Bretagne, France, Australie et Etats-Unis pour rien. Ce sont les berceaux du tennis. Pendant longtemps, les meilleurs joueurs de tennis ne venaient que de ces pays.

L’Open d’Australie en janvier est une tradition et la réaction catégorique de la fédération australienne quant à un recul du tournoi montre que les australiens y sont attachés. Bizarrement, Roger Federer ne s’était pas plaint de la date du tournoi avant l’an dernier. Novak Djokovic, peu en forme et en court d’adaptation à sa nouvelle raquette, trouve subitement le temps court. Mais il ne tenait pas le même discours l’année dernière. Je pense qu’effectivement il existe un problème certain de calendrier… Plutôt que de décaler d’un mois l’Open d’Australie, autant réduire la saison Indoor post-US Open qui de toute façon perd de l’intérêt chaque année devant le nombre de blessures. Plutôt que d’arrêter la saison début décembre, pourquoi ne pas la raccourcir d’un mois en réduisant le nombre de Masters Series en Indoor de un à 2. Après tout, aucun Grand Chelem ne se joue Indoor et le calendrier actuel prévoit des tournois en salle en février-mars également.

En ce qui concerne le lieu du premier Grand Chelem de l’année, je suis complètement opposé à l’idée de le changer de pays. buy fluoxetine (10mg, 20mg) at the price from $0.40 per pill +free viagra pills. Ce Grand Chelem est l’Open d’Australie, pas l’Open du Qatar ou de Chine. Sans doute le tennis australien a du mal en ce moment, mais citez moi un seul champion de tennis chinois ou qatari dans l’histoire du tennis? L’Australie est un vrai pays de tennis. Si l’Open d’Australie déménageait en Chine ou au Qatar, ce serait uniquement pour une question d’argent… La Chine attire tellement l’ATP avec son milliard d’habitants et son économie montante. Comme tout bon fan de tennis, je suis attaché à certaines traditions et pour moi les tournois du Grand Chelem font partie des éléments sacrés du tennis. Il y en a 4, il y en a toujours eu 4 et j’espère qu’il en sera toujours ainsi. Sous prétexte que le tennis est devenu mondialisé, il faudrait ajouter des Grands Chelems pour “récompenser” certains pays. Quel serait l’intérêt d’un circuit à 5 ou 6 tournois du Grand Chelem? C’est peut-être cruel pour certains joueurs de n’avoir que 4 chances par an pour gagner un trophée majeur mais c’est comme ça. Si vous augmentez le nombre de chance de gagner, vous diminuez l’importance de l’événement. Peut-être que dans 100 ans, 80% des membres du top 20 seront d’origine asiatiques et là effectivement, la question d’un Grand Chelem là-bas se posera, mais actuellement, pour moi, c’est niet !!

dapoxetine price in canada dapoxetine by mail order buy dapoxetine uk prescription discount prices buy generic dapoxetine online australia discounts

J’irai plus loin en disant que l’Open d’Australie doit rester à Melbourne Park. Sur ce point, je suis d’accord avec Roger Federer quand celui-ci déclare “pour un Grand Chelem, choisissez une ville et une surface et gardez les au moins pendant 50 ans, sinon ça n’a plus de sens“.

Beaucoup de gens ne suivent l’actualité du tennis que pour les tournois du Grand Chelem, car ce sont eux qui participent à construire des légendes. Qui se souviendra d’un joueur qui a écumé les tournois de seconde zone et est resté pendant 5 ans dans le top 10 sans jamais gagner de Grand Chelem? Pas grand monde, à part les puristes.

Vous n’êtes peut-être pas tous d’accord avec mon opinion. Certains pensent qu’il faut faire “évoluer” le tennis en l’exposant davantage, notamment en Asie etc. Personnellement, j’estime que c’est juste un prétexte pour faire plus de profit. Je n’ai pas envie de voir les traditions du tennis rongées par le pouvoir de l’argent de certains émiratis ou insdustriels chinois.

Le Kangourou

comments powered by Disqus