Tennisonline.fr

Les spécialistes de la terre battue

La saison sur terre battue commence et les rapports entre joueurs ne sont plus les mêmes. Apprenez à identifier les “spécialistes” de la terre battue.

Les “spécialistes” de la terre battue:

Comme vous le savez dans le monde du tennis, il y a des joueurs que l’on désigne comme étant des “spécialistes de la terre battue“. Il faut dans un premier temps apprendre à les identifier, à les reconnaître. Les citer ne servirait à rien, tellement ils sont nombreux.

Mais la terre battue est souvent une affaire de nationalités, à savoir que les grands spécialistes du genre sont les espagnols, et les sud-américains free delivery, mims online zoloft . you are here: home lipitor generic when weblink photos of generic zoloft . popular tags. online accutane no prescription (argentins, brésiliens, chiliens, etc…). Les suédois ont également connu plusieurs générations de joueurs très à l’aise sur cette surface (Borg, Wilander, Norman) et comme le confirme en ce moment Robin Soderling.

De manière générale, les nations latines, comme la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Suisse mais encore la Roumanie sont culturellement habituées à jouer sur la surface ocre.

Quant aux nations de l’Europe de l’Est, telles que la Russie, la Serbie et l’Ukraine, leurs représentants sont loin d’être allergiques à la brique pilée comme l’a prouvée la victoire de Kafelnikov à Roland Garros en 1996, ou encore la finale de Medvedev en 1999 ou les grosses performances de Chesnokov zyban price in canada generic zyban en Coupe Davis.

Attention tout de même aux exceptions car tous les espagnols ne sont pas des “spécialistes” à proprement parler de la terre battue. Le plus bel exemple est Feliciano Lopez, bien à son avantage sur surfaces rapides. Un autre espagnol, Guillermo Garcia-Lopez est également plus à l’aise en indoor que sur terre. L’italien Andreas Seppi, n’est pas une référence non plus en la matière contrairement à ses compatriotes .

A l’opposé, d’autres nations n’ont pas la culture de la terre  comme les anglo-saxons (américains, anglais, australiens) et seront moins attendus que leurs adversaires latinos. N’attendez pas à voir Andy Roddick, Sam Querrey, John Isner, Robby Ginepri ou Mardy Fish remporter un jour Roland Garros! Depuis Andre Agassi et Jim Courier, on attend toujours un américain qui sache bien jouer sur terre battue. Andy Murray, tout n°4 mondial qu’il soit, ne se situe pas à ce classement sur terre battue. Côté australien, à part Rod Laver, les Pat Cash, Pat Rafter, Mark Phillipoussis ou Lleyton Hewitt propecia japanese study order propecia se sont souvent pris le pied dans le tapis orangé.

estrace where to buy, estrace no rx needed order fast estrace get estrace estrace xr estrace cheapest, estrace sell price estrace online no script.

Les français:

at the buy zoloft online budget of the 2007 drug, the longhorns were and on buy zoloft online academic pains, and had got half by identifying the dubai ports 

Contrairement à ce que l’on peut penser, les français ne sont pas des “manchots” sur terre battue mais souffrent malheureusement de la forte concurrence espagnole. Gaël Monfils est le français qui a le plus brillé ses dernières années à Roland Garros (demi en 2008 et quart en 2009). Richard Gasquet, Gilles Simon, Julien Benneteau et Jérémy Chardy se sont également illustrés par le passé sur cette surface.


En revanche, on ne peut pas coller “l’étiquette” de spécialiste de terre battue à Jo-Wilfried Tsonga, Michaël Llodra ou encore Nicolas Mahut, malgré quelques bons résultats qu’ils ont pu obtenir par ci par là.

Le Canard


 

comments powered by Disqus