Tennisonline.fr

Le coup de gueule du Kangourou

Le Kangourou voudrait réagir par rapport à la conférence de presse de Roger Federer suite à sa défaite face à Andy Murray et par la même occasion pousser un coup de gueule contre l’actuel numéro 1 mondial. Le kangourou est conscient qu’il ne va pas se faire que des amis mais il assume et surtout, s’en contrefiche, car le kangourou est en colère.

Le Suisse, qui a quasiment tout gagné depuis 4 ans (sauf Roland Garros) a-t-il tellement perdu le goût de la défaite que celle-ci le rend aigri et de mauvaise foi ? Depuis plusieurs années, on présente Roger Federer comme le numéro un mondial modèle, félicitant ses victimes d’un jour qui n’ont pas démérité, adoptant une attitude correcte envers son adversaire sur le court, sans être exceptionnelle toutefois. Seulement voilà , il lui est arrivé de perdre un peu plus que d’habitude ces derniers mois. A chaque fois, le Suisse a préféré souligner ses propres lacunes que de féliciter pleinement son adversaire et admettre son impuissance d’un jour. Ce fut le cas après ses défaites contre Canas, qu’il avait qualifié d’accident pour la première et de « malchanceuse » pour la seconde. Ensuite, après avoir été corrigé deux fois d’affilée par Nalbandian, Maitre Roger s’est empressé de se justifier par la thèse de l’usure physique et mentale d’une longue saison.

En janvier, en Australie, le Suisse a minimisé la performance de Djokovic en rappelant qu’il avait souffert d’un virus avant le tournoi. Le pauvre lapin !! C’est un peu fort de se plaindre d’un virus quand on n’a jamais connu la blessure dans sa carrière. Demandez à Marat Safin ou Andre Agassi ce que coûte de revenir après une grave blessure.

Hier, avant d’affronter Murray, Federer se la jouait relax, qualifiant d'”excitant “le challenge et rappelait que cette fois, il était bien à 100% physiquement, contrairement à Melbourne. Et Patatras, le Suisse se fait éliminer, le tout sans obtenir la moindre balle de break et en voulant s’acharner dans un schéma de jeu qui ne marchait pas. La réaction du « champion » ? Féliciter Murray ?, sûrement pas. Le suisse s’est contenté de « balancer » sur le britannique. Ses arguments : le jeu de Murray n’aurait pas évolué en 3 ans. Les 10 aces qu’il a pris dans la figure aurait du lui montrer que Murray est devenu un redoutable serveur mais apparemment il ne s’en est pas rendu compte. Autre argument : « il se tient derrière sa ligne de fond et ne fait qu’attendre la fute de l’adversaire ». Avant le tournoi, Federer disait qu’il ne s’était pas amusé à regarder jouer Murray pendant les vacances. Il aurait du car il aurait vu Murray beaucoup plus entreprenant contre d’autres adversaires. Le britannique est un joueur intelligent : il ne va pas se mettre à jouer en demi volée juste pour faire plaisir au numéro 1 mondial et prendre une raclée en 2 sets. Plutôt que de raler sur le style de jeu de Murray, Federer devrait se rappeler que le joueur intelligent au tennis est celui qui sait s’adapter au jeu de ses adversaires.

On peut pardonner à Roger de perdre, mais on ne peut pas lui pardonner de rabaisser la performance de ses adversaires à chaque fois qu’il perd. On reconnait la dignité et la sportivité d’un grand sportif quand il est confronté à la défaite, et non pas à la victoire. Visiblement, quelques défaites de plus ne feraient pas de mal à l’ego de l’actuel numéro un mondial, car je le répète, il est toujours facile de féliciter votre adversaire lorsque vous venez de le battre, beaucoup moins lorsque vous rejoignez les vestiaires la tête basse. Un petit coup de fil à Gustavo Kuerten avant que celui-ci ne prenne sa retraite ne serait pas inutile au Suisse afin que celui-ci lui donne des cours en matière de fair-play.

Le Kangourou

comments powered by Disqus