Tennisonline.fr

Novak djokovic :La star de l’année 2007

Novak Djokovic n’a pas gagné de tournoi du Grand Chelem, il n’est pas devenu numéro 1 mondial ni même numéro 2 mais si c’était lui, la véritable star de cette année 2007?

A 20 ans, le serbe a éclaboussé de tout son talent et sa classe naturelle les terrains des quatre coins du continent. Il a d’abord commencé la saison de la meilleure des manières en remportant le tournoi d’Adélaïde. Mais c’est lors du mois de mars que « Djoko » fait parler la poudre. Il atteint successivement la finale des Masters Series d’Indian Wells et de Miami qu’il remporte après avoir dominé Nadal en quart et écrasé Murray en demi. Il enchaîne avec aisance sur la saison de terre battue remportant au passage le tournoi d’Estoril et atteignant pour la première fois de sa carrière les demi finales d’un Grand Chelem à Roland Garros. Deux semaines plus tard, il prouve qu’il n’est pas non plus allergique au gazon en se hissant en demi finale de Wimbledon, en écartant lors de combats épiques Lleyton Hewitt et Marcos Baghdatis. A ce moment de l’année, Novak Djokovic a déjà dépassé les objectifs fixés en début de saison avec son entraîneur… rassasié ? « Djoko » revient sur le ciment américain encore plus fort et fait trembler le monde du tennis à Montréal : il élimine en deux manches les numéros 3 et 2 mondiaux avec aisance et réalise l’exploit de battre en finale le numéro 1 mondial, l’invincible Roger Federer en personne. 10 ans que l’on n’avait plus vu un joueur battre dans un même tournoi les numéros 1, 2 et 3 mondiaux. Autre fait d’armes important : il est le premier joueur (excepté Nadal) à faire chuter Roger Federer en finale d’un tournoi depuis la défaite de celui-ci face à David Nalbandian lors de l’édition du masters 2005. Beaucoup étaient encore sceptiques au départ de l’US Open, arguant la théorie de l’accident. Ils ont tous admis l’évidence. Certes, Djokovic s’est incliné en 3 sets face au maître, mais il a réussi quelquechose de pas moins incroyable et improbable qu’une victoire finale : insinuer le doute dans nos esprits.

Indubitablement, le statut de Novak Djokovic a changé. Ce n’est plus un jeune joueur bourré de talent dont on attend l’éclosion. Elle a déjà eu lieu et sans qu’on s’en rende compte. Car en plus des résultats, le jeu et l’attitude de Djokovic dégagent une solidité incroyable, comme s’il était membre du top 10 depuis des années. Il a gagné cette saison des matches au forceps, au mental, et notamment en Grand Chelem,face à des joueurs en état de grâce (Patience à Roland Garros) ou en grande forme (Monaco à l’US Open, Baghdatis à Wimbledon) alors que lui-même ne jouait pas à son meilleur niveau. C’est la marque des plus grands. Son ascension n’est pas comparable à celle de Marat Safin en 2000, qui avait gagné 9 titres dont l’US Open, mais qui présentait une fragilité au moins aussi impressionnante que son talent. Cette installation dans les sommets rappelle plus celle de Lleyton Hewitt en 2001, qui à 20 ans lui aussi, avait atteint sa première finale de Grand Chelem (gagnée, à l’US Open) et qui dégageait également une solidité sans faille. Ce qu’a fait Novak est d’autant plus remarquable dans un circuit écrasé par Roger Federer tout au long de la saison et par Rafael Nadal, quand son physique lui permet. En moins d’une saison, Djokovic a réussi là où les Roddick, Davydenko, Blake et autres échouent depuis plusieurs saisons : faire planer le doute sur l’issue d’un tournoi où sont inscrits Nadal et Federer. Il a largué derrière lui les autres surdoués de sa génération (Gasquet, Berdych notamment) qui brillent par leur intermittence et leurs inconstances répétées.
Que s’est il passé d’autre cette saison sur la planète tennis ? « Fed Ex » a gagné 3 tournois du Grand Chelem. Remarquable mais il l’avait déjà fait en 2004 et 2006. Ce qu’on attend de lui, c’est la victoire à Roland Garros. Quoi d’autre ? Rafael Nadal a gagné Roland Garros. Et alors ? C’est la troisième fois de suite. Ne nous méprenons pas, ces exploits sont incroyables et ont d’hors et déjà fait rentrés ces deux champions dans les livres d’histoire du tennis. Et « Djoko » dans tout ça ? En plus d’avoir été le seul joueur avec Roger Federer à avoir atteint 3 demi finales en Grand Chelem cette saison, il nous apporte un grand bol de fraîcheur, une lueur d’espoir qui relance l’intérêt du circuit ATP. Et puis Novak, ce n’est pas que sur le court qu’il nous envoûte. Son humour et son extravagance en dehors rompt avec les comportements formatés ou complexés des joueurs qui semblent perdus dès qu’ils laissent leur raquette au vestiaire. C’est pourquoi, s’il existait une palme d’or annuelle du tennis, c’est à lui, Novak Djokovic le Serbe, le gamin de 20 ans, que je l’attribuerais, et sans hésitation. On attend maintenant les Masters avec impatience mais surtout, la saison 2008.

comments powered by Disqus