Tennisonline.fr

La fin d'une génération?

Après les retraites de Moya et Kiefer, faisons le point sur les joueurs de la génération d’après.. qui n’en ont peut-être plus pour très très longtemps au plus haut niveau.

Pendant la Masters Cup 2010, Carlos Moya (né en 1976) a mis un terme à sa carrière. Pas dans l’anonymat, mais presque. De nombreux fans aujourd’hui, qui ne jurent que par Federer ou Nadal, n’ont pas connu l’époque où Moya brillait. Finaliste à l’Open d’Australie en 97 puis vainqueur en 98, Moya devenait numéro 1 mondial un an plus tard. Et oui, le tennis espagnol a existé avant Nadal. Mais des blessures à répétition ont sévèrement freiné la carrière du majorquin.

 

La semaine dernière, c’est Nicolas Kiefer (né en 1977) qui a tiré sa révérence. Palmarès moins important que Moya mais tout de même ancien numéro 4 mondial (en 2000)… et longtemps craint par le grand Federer des années 2004/5/6. Joueur un peu fou, mais au jeu plaisant, Kiefer pouvait faire des ravages sur herbe ou sur dur.

 

Voir ces joueurs quitter le circuit nous rappelle qu’une certaine génération de grands talents entame à son tour son crépuscule. Certains ont même déjà dit au revoir au tennis. On veut parler ici de la génération des joueurs nés en 1980/81/82, celle de l’ « entre-deux ». Ceux qui ont percé à la fin de l’ère Sampras puis ont subi de plein fouet l’ère Federer. Car tous les joueurs que nous allons citer ci-dessous ont percé avant Roger Federer et étaient désignés comme LES joueurs qui allaient truster les titres du Grand Chelem des années 2000-2010. On connait la suite. Comme quoi, parfois, rien ne sert de partir à point.

 

Il tient encore la route, mais pour combien de temps ? Andy Roddick (né en 82)

atarax for sale, atarax brand name, atarax without prescription, where can i buy atarax 18 sep 2008 … atarax – visa only! 20% free bonus pills for all cheap Hydroxyzine online, atarax recreational, atarax dosage, rx free atarax, atarax …

Andy Roddick vient de disputer sa 7ème Masters Cup. Seulement 7 mais l’Américain était qualifié pour les 9 dernières éditions. Impressionnant de régularité donc A-Rod. Malgré tout, on ne peut s’empêcher de penser que le chant du signe a commencé pour le canonnier texan. Il a du arracher sa 8ème place en toute fin de saison et sort d’une année en Grand Chelem bien terne. Et on l’a senti un brin dépassé, dépité, contre Berdych puis Djokovic. L’Américain a gagné en maturité, son jeu est plus intelligent, mais on a du mal à l’imaginer gagner un nouveau Grand Chelem (après l’US Open 2003). Révélé lors de la saison 2001, où il atteint les quarts de finale à l’US Open, Andy Roddick aura vécu sa carrière dans l’ombre de Roger Federer. Il était annoncé comme le successeur de Pete Sampras… il aura surtout servi de faire-valoir au Suisse.

 

Ils font de la résistance… quand ils peuvent : Lleyton Hewitt (né en 81), Juan Carlos Ferrero (né en 80), David Nalbandian (né en 82)

 

Hewitt et Ferrero. Deux ex-numéro 1 mondiaux. Deux grands talents ultra-précoces. L’Australien reste toujours le plus jeune numéro 1 mondial de l’histoire et le plus jeune vainqueur d’un tournoi (16 ans lors de son premier tournoi à Adelaïde en 1998). Il se distingue dès 1999 et 2000 où il devient top 10. Numéro 1 mondial en fin de saison 2001 et 2002 avec un titre à l’US Open puis Wimbledon, l’Australien s’est ensuite accroché aux meilleures places jusqu’en 2005, chutant inéluctablement contre Roger Federer dans les finales, demi-finales. A partir de 2006, son corps commence à le trahir. Depuis, il n’a plus connu le dernier carré en Grand Chelem. Il s’est aussi calmé sur le court. Encore capable de coups d’éclats (victoire sur Federer à Halle cette année, il a toujours gagné au moins 1 titre par saison depuis 1998 sauf en 2008, l’année de son opération de la hanche), son corps ne le soutiendra sans doute plus très longtemps (il a encore été opéré de la hanche début 2010). Ajoutez à cela une vie familiale bien chargée (3 enfants).. qui peut encore douter que le meilleur de Hewitt est déjà bien derrière lui ?

order baclofen online > buy cheap lioresal without prescription – f :: portal : buy cheap baclofen online – no prescription .

 

Revenons sur le cas Ferrero. Il devait devenir le roi de la terre battue (demi-finales à Roland Garros en 2000 et 2001, finale en 2002 puis titre en 2003) avant de devenir roi tout court (numéro 1 mondial, finale à l’US Open 2003, demi-finale à l’Open d’Australie 2004). Mais là encore, une première blessure en 2004 a entamé sa confiance… et le retour vers les sommets n’a jamais eu lieu. Peut-on encore attendre quelque chose de grand chez lui ? Cela parait peu probable.

 

David Nalbandian s’est révélé à la face du monde en juillet 2002 lorsqu’il atteint à la surprise générale la finale de Wimbledon où il est certes balayé par… Hewitt. Il ne retrouvera jamais la finale en Grand Chelem (demi-finaliste partout). Nalbandian a sans doute payé son goût modéré pour le travail et a trop négligé sa condition physique car dans un jour avec, il pouvait battre n’importe qui, y compris Federer, qui le craignait comme la peste… mais Nalbandian a souvent craqué dans les fins de tournois (quelqu’un se souvient-il de son match en demi-finale de l’Open d’Australie 2006 où il mène 2 sets à 0 contre Baghdatis avant de sombrer ? Ou à Roland-Garros 2004 où il mène 2 sets à 1 contre Gaudio avant de baisser pavillon, complètement éreinté ?) Nalbandian a été stoppé l’année dernière par une blessure à la hanche. Il tente de revenir. Mais son corps de bientôt trentenaire lui permettra-t-il de faire autre chose que des « coups » ça et là ? Gros gros doute.

 

Il n’en a plus pour longtemps : Tommy Haas (né en 78)

Qui se souvient encore que Tommy Haas a été numéro 2 mondial en 2000 ? Pas grand monde parmi la nouvelle génération de fans. Tommy Haas, c’est un immense talent, un joueur élégant qui savait tout faire sur un court. Jeune, son tempérament bouillant lui a couté cher. Un peu moins jeune, c’est son corps qui l’a trahi et notamment son épaule. Toute sa carrière, Tommy Haas a du se battre pour retrouver un classement digne de son standing… avant de rechuter aussi sec. Le plus américain des allemands (passé par l’académie Bolliettieri) sort d’une saison blanche. Reviendra-t-il sur les courts ? Il jure que oui. Mais quand et pour combien de temps ? Et pour faire quoi ?

 

Il a déjà tiré sa révérence : Marat Safin (né en 80)

Comme Yevgueny Kafelnikov avant lui, Marat Safin a pris sa retraite avant même de fêter ses 30 ans. Il n’était même plus en activité pour fêter les 10 ans de sa victoire à l’US Open cet été. Ce jour de septembre 2000, il avait pulvérisé Sampras en finale. Ça faisait déjà 2 ans qu’on connaissait sa dégaine après sa révélation à Roland Garros 1998. Comment Safin a pu finir sa carrière avec le compteur bloqué à 2 victoires en Grand Chelem reste encore un mystère. Avec son jeu, il aurait du gagner Roland Garros au moins une fois. Tout le monde sait que le problème du grand Marat ne venait pas de sa raquette mais de sa tête.

 

Roddick, Hewitt, Ferrero, Nalbandian, Haas… Il va falloir en profiter car ils ne seront bientôt plus vraiment là… et quand on voit l’absence de relève du tennis actuel, on peut craindre un énorme creux.

 

 Et nous voilà branchés sur un autre problème : quid de la relève du tennis masculin ?

top quality medications. walmart price for zoloft . cheapest rates, picture of generic zoloft 25mg.

 

Murray et Djokovic sont déjà des vieux briscards en quelque sorte. Comme Roddick et consorts, ils ont percé avant la vingtaine. Peut-on citer aujourd’hui des talents précoces comme ces illustres joueurs ? Pas un seul teenager dans le top 100. Si Federer a commencé à régner assez tard, il était quand même dans les 30 meilleurs mondiaux voire mieux quand il avait 19/20 ans.

On nous a parlé de Dimitrov mais le bulgare s’est surtout fait remarquer par ses pétages de plombs en challengers (bousculade avec l’arbitre)… Bernard Tomic l’australien ne fait pas mieux non plus.

 

Profitons donc encore des champions qu’on a sous la main.

 

Le Kangourou

best prices for all customers! amoxil generic name . free delivery, buy amoxil without prescription.

comments powered by Disqus