Tennisonline.fr

JO de Pékin: Place au sport…

Untitled Document

Parlez-nous du jeu de Fabrice Santoro ? Qu’a-t-il de si particulier ?
JAMES BLAKE : "C’est un jeu plein de pièges. Ce n’est jamais conventionnel. Personne ne peut vraiment se préparer à jouer Fabrice car personne ne joue comme lui. Vous pouvez voir combien il aime le jeu et la compétition. Il joue d’ailleurs le simple et le double chaque semaine. Je suis pourtant sûr qu’il n’a plus besoin d’argent ! C’est amusant à voir, mais pas quand on joue contre lui. Les amateurs de tennis apprécient. Tous les deux nous avons livré de belles batailles. Nos styles sont contrastés. J’essaie toujours de l’attaquer avec mon coup droit et il essaie de me faire jouer le plus de revers possible. Il joue mieux en défense et c’est vraiment un régal de le jouer, et de le battre."
Etiez-vous inquiet pendant la partie ?
J.B. : "Oui, je m’inquiète presque à chaque match ! Surtout quand je suis à égalité à un set partout et qu’il fait aussi chaud que ce soir. Cela se transforme en bataille physique. Même quand je mène avec un set et un break d’avance, je suis inquiet tant le talent des gars sur le circuit est impressionnant. Je ne me relaxe qu’une fois la balle de match jouée."
Pensez-vous aux Jeux olympiques ?
J.B. : "Cela va être passionnant. Je ne suis jamais allé en Chine et je n’ai jamais fait partie de l’équipe olympique. Faire partie de l’équipe de Coupe Davis est toujours un honneur. Mais là, c’est un petit peu différent. Je suis excité à l’idée de rencontrer d’autres athlètes. Pour eux, c’est le plus grand moment de leur carrière. Mardy (Fish) m’a raconté son expérience à Athènes. J’espère que cela sera pareil à Pékin. J’étais très déçu de manquer les Jeux en 2004. Cela bouscule ma préparation (sa présence à New Haven lui tient à coeur, ndlr) mais c’est quelque chose qui n’arrive qu’une fois dans la vie."
"Je pense qu’un Grand Chelem, historiquement, est un plus grand événement en tennis. Mais je me souviens d’avoir été impressionné quand j’ai joué une exhibition avec Lindsay Davenport, Andre Agassi et Steffi Graf, qui avaient tous les trois gagné une médaille d’or. Quand on leur demande les deux plus grands moments dans leur carrière : ils répondent tous que la victoire aux JO en fait partie."
Quels souvenirs d’Athènes avez-vous ?
J.B. : "Je me souviens de la médaille d’argent de Mardy Fish, même si j’étais malade, j’étais très fier de lui. Je me souviens aussi d’Andy Roddick qui était encore là à l’encourager alors qu’il aurait pu rentrer à la maison pour préparer l’US Open. Cela sera aussi différent que la Coupe Davis pour moi, puis que là, chaque match a un effet sur vous. Là, ce sera une équipe entière, un esprit d’équipe mais on participe quand même individuellement. Ce sera intéressant de voir quelle dynamique va s’en dégagee."
Que pensez-vous de la décision de Patrick McEnroe, qui a décidé de ne pas emmener l’équipe nationale aux Jeux ?
J.B. : "Le tennis est un sport individuel et on doit faire des choix. Je sais qu’il a un enfant à la maison et c’est compliqué de partir des semaines pour aller en Chine. Chacun ses priorités. Il est encore le capitaine en Coupe Davis. Idem pour Andy. Il a tellement donné en Coupe Davis. J’espère que personne ne lui reprochera de ne pas aller à Pékin."

comments powered by Disqus