Tennisonline.fr

Jeu, set et tapis !

Kafelnikov

Pendant longtemps les sportifs ont eu du mal à voir où les affres de la reconversion allaient les mener, eux dont la carrière se trouve être souvent bien courte. Et même encore aujourd’hui, les limbes des secondes vies dorées ne sont pas promises à tous. Il y a ceux qui profitent de leur fortune pour jouer avec casinosenlignefrancais.fr 

C’était sans compter sur une nouvelle voie qui séduit de plus en plus de sportifs : le poker.

Et côté tennis, plusieurs anciennes stars ont déjà commencé à s’y intéresser de très près.

C’est notamment le cas de “boum-boum” Boris Becker. L’ancienne gloire allemande s’est lancée dans l’aventure en 2008, profitant de l’occasion pour nouer contrat avec l’une des plus grandes salles en ligne, PokerStars.

Fidèle à son professionnalisme, le triple vainqueur de Wimbledon a en tout cas tout fait pour se nourrir d’un entraînement sérieux notamment concernant la technique, lui pour qui l’élément le plus fascinant du jeu se trouve être sa psychologie.

Le russe Ievgueni Kafelnikov, au palmarès tennistique également bien fourni, avait pour sa part pris les devants depuis 2004, soit peu de temps après sa retraite officieuse. Après avoir un temps pensé au golf, le premier joueur russe à être devenu numéro un mondial en 1999 a vite été aperçu du côté du Shangri à Moscou, haut lieu local du jeu.

Mais les deux hommes ne sont pas arrivés là par hasard, eux qui se retrouvaient déjà à croiser cartes et jetons sur le circuit ATP, notamment du côté de Wimbledon lors d’éditions à la météo capricieuse.

Si d’autres joueurs de tennis sont également de la partie lorsqu’il s’agit de mises, relances à tapis et coups de bluff, tel qu’Henri Leconte, il est aussi amusant de noter que certains des plus grands champions de poker professionnels d’aujourd’hui, sont d’anciens très bons joueurs de tennis ayant failli embrasser une carrière pro dans ce sport.

Parmi eux les trois exemples les plus manifestes se nomment Gus Hansen, le français David Benyamine (ancien professionnel), et Patrick Antonius, qui après avoir nourri de sérieux espoirs a du abandonner cette voie suite à de récurrents problèmes de dos dès son adolescence. Tout n’a pas été perdu puisque c’est au sein de son club que le champion finlandais a disputé… ses premières parties de poker. Le finlandais loue même clairement ce passé sportif comme leur offrant un avantage physique et mental décisif.

Et dans la même optique, Stéphane Maheu, l’actuel coach poker de deux de nos meilleurs représentants actuels, Bertrand “Elky” Grospellier et Rémy Biechel, est lui aussi ancien tennisman espoir et professionnel.

Pour en revenir à nos anciennes stars, ce qui est sûr c’est qu’ils se montrent tout sauf ridicules sur le circuit. Si Boris Becker n’a pour l’instant inscrit que deux places payées notables à son palmarès (dont toutefois une belle 40ème place dans le WPT Annual Five Star World Poker Classic de Las Vegas en avril), Kafelnikov affiche déjà trois places payées dans les WSOP, et pas des moindres avec des 9ème et 14ème places obtenues face à respectivement 472 et 780 joueurs. Il a en outre accroché une intéressante 3ème place dans un tournoi anglais à 108 joueurs, pour un gain de 100 000 $.

Vu l’intérêt que nos hommes semblent porter au jeu de leur propre aveu, gageons que leurs résultats au sein de leur nouveau circuit d’attache ne sont pas près de s’en arrêter là.

Texte écrit par Poker Listings

comments powered by Disqus