Tennisonline.fr

Histoire du TENNIS : Marcelo RIOS, le terrible !

A l’occasion du tournoi de Monte-Carlo, revenons sur la carrière d’un joueur qui a marqué le tennis, par son style, son caractère et sa technique.

Qui ne s’en souvient pas en effet du terrible gaucher chilien dec 29, 2014 – buy cheap generic fluoxetine online without prescription » we conclude that starting fluoxetine at doses lower than 20 mg is a useful strategy  Marcelo Rios, joueur atypique de par son look et son caractère exécrable? Il fut néanmoins un joueur de talent qui, ne l’oublions pas, fut n°1 mondial buy prednisone in usa buy prednisone in usa order Deltasone .

Champion du monde junior en 1993, il fait ses premiers pas sur le circuit professionnel dès l’année suivante. Il remporte son premier titre en 1995, sur la terre battue de Bologne.
Cette année là , il décroche 3 titres dont celui de Kuala Lumpur contre Mark Philippoussis sur dur. Il terminera l’année au 25° rang mondial.
En 1997, Marcelo Rios remporte le premier Master Serie de sa carrière à Monte Carlo, en écrasant en finale l’espagnol Alex Corretja en 3 sets gagnants : 6/4 6/3 6/3.

1998, l’année de sa consécration

C’est en 1998 que Marcelo Rios atteint les sommets avec un titre pour bien commencer l’année à Auckland et surtout en atteignant la finale de l’Open d’Australie, qui restera sa meilleure performance en Grand Chelem.
Durant son parcours australien, il élimine de solides joueurs tels que Thomas Enqvist au 2° tour et Alberto Berasategui en quart, 2 joueurs classés à l’époque dans le Top 30.
Il connait cependant une terrible désillusion en finale, en s’inclinant lourdement 6/2 6/2 6/2 contre le tchèque Petr Korda, 7° mondial à l’époque.

Mais Rios est sur sa lancée et confirme cet exploit, en réalisant un historique doublé Indian Wells – Key Biscayne (aujourd’hui Miami) en battant lors des 2 finales le britannique Greg Rusedski 6/3 6/7 7/6 6/4 et le légendaire André Agassi 7/5 6/3 6/4 fluoxetine online without prescription buy fluoxetine online, additionally, topics treated with either 90 mg or 20 milligrams fluoxetine rated considerably better  .

A Indian Wells, il prend sa revanche sur Korda au stade des quarts de finale sur le score sans appel de 6/4 6/2.
Mais son tableau de chasse est encore plus impressionnant à Key Biscayne oà ¹ il élimine successivement : Tommy Haas (34° mondial), Goran Ivanisevic (n°22), Thomas Enqvist (n°24), Tim Henman (n°20) et enfin Agassi (n°31).

Après cet authentique exploit, Marcelo Rios, détrà ´ne Pete Sampras et devient ainsi le premier sud américain n°1 mondial. Il ne restera cependant que très peu de temps (1 mois et demi) tout en haut de la hiérarchie mondiale.
Pour l’anecdote, il est aussi le seul joueur de l’histoire à avoir occupé la place de n°1 mondiale sans avoir jamais remporté de tournoi du Grand Chelem.

Au total, Rios a remporté 18 tournois dont 5 Masters durant sa carrière.

propecia results timeline cheap propecia


Australie Roland Garros Wimbledon US Open
2003 1° tour
2002 1/4 3° tour
2001 1° tour 2° tour 3° tour
2000 1° tour 3° tour
1999 order online at usa pharmacy! buy dapoxetine online . top offering, buy dapoxetine online . 1/4 1/8
1998 Final 1/4 1° tour 3° tour
1997 1/4 1/8 1/8 1/4
1996 1° tour 1/8 2° tour
1995 2° tour 1° tour 1° tour
1994 2° tour 2° tour

Le parcours de Marcelo Rios en Grand Chelem

Il a marqué de son empreinte l’histoire du tennis par son style de jeu d’une grande variété basé sur la vitesse et la précision. Doté d’un excellent coup d’oeil, possédant un impressionnant toucher de balle, et d’un étonnant relâchement, il était capable de sortir des coups parfois magiques lorsque l’inspiration et la motivation étaient au rendez vous.

Malheureusement, souvent blessé et parfois peu motivé, il décide de mettre un terme à sa carrière en 2004, suite à des douleurs récurrentes au dos.

Son caractère:

Marcelo Rios, c’est avant tout une «gueule», un look typique de trafiquant de drogue sud américain. Queue de cheval, cheveux noirs, bouc, peau métissée, tatouages, visage fermé, grimaces, il avait déjà un physique pour effrayer les adversaires et journalistes.
Surnommé «El Chino», le chinois, il n’était pas sur le court pour se donner en spectacle et amuser la galerie.

Son tempérament bien trempé, forte tête, ne lui a pas valu une grande popularité auprès du public et surtout pas auprès des journalistes, ainsi que du corps arbitral.
Mais le public connaisseur savait qu’au-delà de la personnalité, il y avait un réel talent.

Anecdotes croustillantes:

Lorsqu’il remporte Monte-Carlo en 1997, son speech fut très court. Il a regardé le chèque, a rit et a dit: “This does not even cover the money that I lost at the casino this week! Thank you, see you next year”. Un franc parler assurément!

Connu pour ses sautes d’humeur, Marcelo Rios a comparu devant un tribunal militaire pour agression sur 2 vigiles lors d’une rixe dans un bar de Santiago, dans son pays natal.
Il fut cependant relaxé, «faute de preuve».
En 2001, c’est en Italie pendant le Master de Rome qu’on accuse l’ancien n°1 mondial, semblerait-il en état d’ébriété d’avoir agressé un chauffeur de taxi et 2 policiers.

comments powered by Disqus