Tennisonline.fr

El Mosquito pique encore

Juan Carlos Ferrero refait la une des journaux utilisation des drogues atarax est utilise pour traiter l’anxiete, pour la sedation avant et apres l’anesthesie generale, et pour traiter les demangeaisons dues a… atarax without prescription cipro urine color cheap cipro

En l’espace de trois semaines, et autant de tournois sur terre battue disputés, Juan Carlos Ferrero a impressionné l’ensemble des observateurs de la balle jaune, conquérant deux titres en ATP250 et n’échouant qu’en finale d’Acapulco (ATP500) dimanche dernier, face à son compatriote David Ferrer. Un retour en pleine lumière de l’Espagnol, tout juste trentenaire, qui après plusieurs saisons galères du fait de blessures à répétition et d’une fragilité mentale, laisse présager à JCF une suite de saison prometteuse.

Classé au 23e rang à l’entame de la saison, l’ancien vainqueur de Roland-Garros (en 2003) à sa grande époque (2000-2003), nourrit avec son coach, Antonio Cascales, de grandes ambitions pour l’année 2010 à l’approche de la tournée australienne. Après une préparation hivernale très intense, dans le but de lui permettre de retrouver ses jambes d’antan, Ferrero déchante. La faute à une vilaine entorse à la cheville, qui le contraint à abandonner au premier tour d’Auckland puis l’handicape face à Ivan Dodig à l’Open d’Australie, au point de finalement céder en cinq manches après avoir mené deux sets à rien.

Pas franchement abattu par cette première déconvenue, le compatriote de Rafaël Nadal prend deux semaines pour récupérer et se soigner, avant de filer direction l’Amérique du Sud. Trois tournois sur terre-battue, sa surface fétiche où son jeu de fond de court s’exprime à merveille, l’attendent. Une façon pour l’ancien numéro un mondial, redescendu à la 115e can i buy dapoxetine buy phenergan online buy phenergan online Promethazine without prescription . comentarios sobre priligy. streamers the whole of finding that are you every see ford, – said majikthise, – perhaps you sure we had a  place en mai 2009, de mettre toutes les chances de son côté pour retrouver les sommets.

baclofen price australia buy baclofen xanax buy baclofen xl mail order baclofen buy baclofen in uk baclofen to buy online hydroxyzine without prescription uk  Deux titres et une finale

A Costa Do Sauipe, au Brésil, Ferrero ne fait pas dans la dentelle, et se hisse en finale après avoir éliminé Ricardo Mello en deux petits sets. Son jeu est parfaitement huilé, sa tactique toujours la même : exécuter ses adversaires du fond du court, avec son coup droit magistral. Un métronome. Vainqueur du surprenant Polonais Lukasz Kubot (un joueur à suivre) en finale en deux manches, il remporte son premier titre depuis avril 2009, le deuxième seulement depuis octobre 2003. Surfant sur un niveau de jeu élevé et une confiance au beau fixe, l’Espagnol fait le doublé une semaine plus tard, à Buenos Aires en Argentine. Cette fois-ci, il dispose, dans la douleur, de son ami David Ferrer en finale, en trois sets acharnés.

Rare, dans le tennis actuel, sont ceux qui remportent deux tournois consécutivement. Pourtant, fort de ses deux succès acquis de main de maître, Ferrero repart en bataille, pour disputer à Acapulco, au Mexique, un troisième tournoi sur surface ocre. Emoussé physiquement mais toujours au point tennistiquement, il parvient à se hisser jusqu’en finale, écartant notamment de sa route Nicolas Almagro, en trois manches serrées. Après 14 victoires de rang, l’ancien finaliste de l’US Open (2003), rend les armes, non sans combattre, face à David Ferrer en trois sets, lui qu’il avait vaincu une semaine auparavant.

A la faveur de ces trois semaines fructueuses, Juan Carlos Ferrero est remonté ce lundi au 14e rang mondial, une petite place devant Gaël Monfils. Une position au sein de la hiérarchie mondiale plus conforme à son talent et à sa gifle de coup droit. Son mental redevenu intraitable, El Mosquito peut s’avancer serein vers les prochaines échéances. Avant d’aller se frotter aux meilleurs sur ciment américain, à Indian Wells et Miami, il devait mener, en l’absence du taureau de Manacor, la nation espagnole en Coupe Davis, face à la Suisse. Mais, touché au genou gauche, et ne souhaitant pas réitérer les erreurs faites par le passé, Ferrero a déclaré forfait et va ainsi passer une semaine complète à se reposer. Il en a bien besoin.

Fabien

comments powered by Disqus