Tennisonline.fr

Comme d’habitude, les français déçoivent àl’US Open

les Français déçoivent àNew York
Il n’y aura pas de passe de 4 cette saison 2008: le contingent français n’aura pas réussi àplacer un joueur en quart de finale (au moins) aux 4 Grand Chelem de l’année. Les résultats auront en fait suivi la pente descendante. Une finale pour commencer en Australie (Jo-Wilfried Tsonga), une demi-finale àRoland Garros (Gaà «l Monfils), un quart àWimbledon (Arnaud Clément) et un huitième àl’US Open (Monfils). Mais on est habitué àne pas voir les français aller loin, depuis quelque temps déjà .

Depuis la finale de Cédric Pioline àNew York en 1994 (perdue contre Sampras), aucun français n’a vraiment brillé àl’US Open. Depuis le quart de finale perdu en 1999 par Escudé contre Agassi et par Clément en 2000 contre Lleyton Hewitt, RIEN ou presque en 8 ans.

Sébastien Grosjean, LE français du début des années 2000 a toujours buté sur les courts de ciment de Flushing Meadows. Mais pourquoi les français échouent ici alors qu’ils savent bien jouer sur dur, la surface la plus répandue sur le circuit? Des joueurs comme Escudé ou Grosjean n’ont jamais réussi às’exprimer pleinement. La faute sans doute àun physique défaillant qui cale àce moment charnière de la saison (Escudé n’a participé que 4 fois àl’épreuve !!).

L’été est long (l’enchainement Roland Garros – Wimbledon – tournée américaine) laisse des traces. Et on sait tous que le physique n’est pas le point fort des français. Parmi nos meilleurs actuellement, Llodra, Gasquet et Monfils ont atteint les huitièmes de finale, mais n’ont jamais fait mieux. La motivation des joueurs n’est pas mise en doute: Grosjean appréciait (on parle au passé vu le tournant de sa carrière) le dur, il vit aux Etats-Unis… Pareil pour Monfils, fasciné par les sports US et qui est très motivé pour bien faire ici. On espère que la génération Monfils-Simon-Gasquet-Tsonga fera mieux que la génération Clément-Grosjean-Escudé… La malédiction n’a que trop duré.

Parcours des français (en gras et en italique les matchs perdus contre moins bien classés, en bleu les années oà ¹ Grosjean est TOP 10)


On le voit en détail, depuis le départ de la génération Pioline, les résultats sont médiocres. Deux quarts de finale depuis 1999 (Clément et Escudé) et 7 huitièmes de finale. Parmi tous les joueurs cités, seul Arnaud Clément réussit bien àNew York (1 quart, 3 huitièmes). Pour Grosjean, les désillusions ont été nombreuses pendant ses années top 10. Paul-Henri Mathieu, tout comme Santoro, n’a jamais dépassé le stade du troisième tour. Gasquet, qui avait bien commencé son histoire avec l’US Open, reste sur 2 années décevantes. Monfils a toujours perdu contre moins bien classé que lui.

Le bilan n’est pas catastrophique mais contraste avec les résultats obtenus àWimbledon (3 demis finale depuis la finale de Pioline en 1997), l’Open d’Australie (2 finales en 2001 et 2008) ou Roland Garros (2 demi finales depuis celle de Pioline en 1998). En espérant que 2009 chamboulera tout ça !!

comments powered by Disqus