Tennisonline.fr

ATP : doit-on toujours parler de big 4?

Malgré un parcours exceptionnel en Grand Chelems (1 finale, 3 demi-finales), Andy Murray semble à présent distancé par Djokovic, Nadal et Federer.

Federer bat Djokovic (Roland Garros)… Djokovic bat Nadal (Wimbledon et US Open)… Nadal bat Federer (Roland Garros) et Djokovic bat Federer (Australie et US Open). Et Murray dans tout ça? Djokovic bat Murray (Australie) et Nadal bat Murray (Roland Garros, Wimbledon et US Open).

Il n’est pas bien loin : il accroche Nadal à Monte-Carlo et passe proche d’infliger à Djokovic sa première défaite de la saison à Rome, il fait plus que se défendre à Roland Garros et l’US Open contre Nadal et mène 1 set à 0 à Wimbledon contre l’Espagnol… Oui, il n’est pas loin, mais il perd.

Alors qu’il n’y a pas si longtemps (on pense à 2009 notamment), Andy Murray battait Federer, Djokovic et Nadal dans la même saison.

Certes il n’a pas affronté Federer cette année et il est devant le Suisse à la Race mais Federer a battu Djokovic et est passé très près de rééditer la performance à l’US Open.

On peut donc se demander s’il s’agit vraiment d’un “big four”. Cela serait plutôt un podium bien établi et puis un joueur tout seul. Car Murray est encore au-dessus des Ferrer, Fish, Söderling ou Tsonga.

Il n’est pas moins bon qu’avant. Alors quel est le problème? Peut-être qu’il serait temps pour lui de prendre un coach et tenter de rattraper le retard. Le temps presse, quand on y pense.

Dur dur que d’être un excellent joueur de tennis et de tomber dans la période comprenant 3 des plus grands champions de l’ère Open… Car Andy Murray a réussi quelque chose de fort cette année : 4 demi-finales d’affilée (voire mieux) en Grand Chelem. Ce que certains anciens numéros 1 mondiaux n’ont jamais fait sur une saison ( le grand Pistole Pete Sampras) ou sur une carrière : Kuerten, Hewitt, Roddick, Ferrero, Rafter…

Le Kangourou

comments powered by Disqus